L'espace Arts plastiques

Soleils noirs

Par MARIE HELENE GRIPEKOVEN, publié le mercredi 9 décembre 2020 16:50 - Mis à jour le mercredi 24 mars 2021 19:33
Le mystère des ombres et de la représentation.
De nombreux artistes ont capturés leurs jeux d'ombres grâce à la photographie. L'artiste Colette Hyvrard, cherche par ses recherches sur les ombres à voir ce qu'il y a derrière les choses. Mila a découvert quelque chose de surprenant, voyez !

 

Placée devant une puissante source lumineuse, la projection de l'ombre portée de la cage sur le mur permet un changement d'échelle. Ainsi prisonnière de cette ombre gigantesque, Melwyn exprime la tristesse de la fille Dibutade esseulée.

 

 

 

 

 

 

 

PORTRAITS D'UNE POMME 

Pas si simple d'observer une pomme ! Sa forme vue sous différents angles n'est jamais la même... Les ombres portées se déforment également selon l'orientation de la source lumineuse. Le dégradé des valeurs de gris permet de rendre le relief de l'objet. 

Les meilleurs dessins d'observation ne sont pas ceux que l'on croit, il y a plus de difficulté à chercher à comprendre une forme, qu'à représenter une pomme vue de face telle qu'on la connait, plus que comme on la voit vraiment. Beaucoup d'entre-vous ont un peu triché, cela se remarque notamment à la façon dont ils ont inventé la forme de la feuille en voulant faire plus réaliste...

D'autres, n'ont pas reculé devant cette difficulté, leurs dessins semblent moins réalistes mais ils démontrent une bonne observation de l'objet réel. Par exemple, il est infiniment plus difficile de représenter la queue de la pomme selon une vue plongeante car elle se présente alors en raccourcis. 

Il y a une autre question qui s'est posée à vous et que vous avez résolue très différemment, c'est la question du contour : y a-t-il une ligne qui cerne la forme ? Comment l'objet peut-il se détacher du fond ? Certains ont choisis de travailler par contrastes, d'autres ont subtilement cerné la forme d'un trait léger qui devient plus sombre dans les parties très ombrées car peu éclairées. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pomme au cadrage serré de Yasmine est très réaliste, son angle de vue est de niveau. C'est à dire que l'oeil du spectateur et le sujet son au même niveau. On peut dire aussi que c'est une vue frontale. Son modelé (rendu de lumière) est professionnel ! On devine même la texture brillante de la peau du fruit...

 

 

La pomme de Jacques est vue du dessus, c'est à dire que c'est une vue plongeante. Il a représenté la queue en raccourci, ce qui est un tout de force ! 

 

 

 

 

 

Théâtre d'ombre, Chistian Boltanski, 1984

 

 

Commentaires

Aucun commentaire